Séminaire « Education et savoirs »

Séminaire 2017

L’école « hors l’Ecole »

Les 18 et 19 août 2016, la Chaire UNESCO de recherche appliquée pour l’éducation en prison participait au congrès « Éducation, culture et travail dans un contexte de privation de la liberté » organisé à Valparaiso au Chili par le programme de développement disciplinaire en éducation chez les jeunes et adultes de l’université de Playa Ancha. L’organisation d’un tel événement s’inscrivait dans l’objectif d’inclusion des personnes vulnérables ou marginalisées dans les politiques internationales de l’Éducation pour tous.

Ces rencontres posaient plus largement la question de l’éducation des personnes enfermées et privées, d’une manière ou d’une autre, de tout ou partie de leur liberté. Elles en soulignaient l’actualité, révélant en outre un souci institutionnel de prise en charge de ces situations éducatives à différentes échelles. Les dispositifs scolaires ou éducatifs « hors l’École », dans des institutions totales (Goffman, 1968) ou « espaces d’exception » (Fresia & Von Känel, 2016) comme les prisons, les camps de réfugiés, les hôpitaux, les asiles, les camps de travail…, défient les modes plus classiques d’éducation pour deux raisons principales :

-le lieu d’abord. En prison, dans un camp, dans les hôpitaux, les potentiels élèves sont astreints à résidence pour diverses raisons. C’est donc généralement l’école ou le dispositif éducatif qui doit venir à eux, dans des conditions parfois compliquées et selon des modalités spécifiques. Il est toutefois des cas, plus rares, où les personnes enfermées organisent elles-mêmes le dispositif scolaire et/ou éducatif, par exemple avec le cas de ces diplômés éthiopiens enfermés en raison de leur engagement dans un contexte de forte répression politique (Hiwot, 2012).

-le public ensuite. Dans ces espaces, la conception de l’individu est bien souvent définie collectivement en rapport avec les objectifs de l’institution elle-même : ainsi du prisonnier en prison, du délinquant en centre éducatif renforcé, de l’interné en asile, du réfugié dans un camp… tandis que l’école a surtout comme vocation première de prendre en charge des écoliers.

Alors que la mise en place de dispositifs éducatifs spécifiques ou « de secours » dans ces espaces singuliers pose d’intéressantes questions pour le champ de l’éducation, les formes –institutionnelles ou non – qu’ils prennent et le contenu des savoirs qu’ils véhiculent demeurent relativement peu étudiés. Le séminaire de 2017 organisé par l’ARES (Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs) et le CEPED ambitionne justement de questionner le fonctionnement de l’école et de l’éducation « hors l’École » dans ces lieux d’exception dans les pays du « Sud ».

seminaire_ares-ceped_2016-17

Le séminaire « Education et savoirs » est un séminaire ouvert au public organisé conjointement par l’ARES et le CEPED (UMR196, Paris Descartes-IRD)

Programme du séminaire du semestre 2017: 

jeudi 12 janvier 2017

 

Pierre Guidi (CEPED-IRD)

Quand des détenus politiques créent des écoles en prison. L’exemple de la révolution éthiopienne (1979-1986)

Jeudi 2 février 2017 Andréas Von Känel (Université de Neuchâtel)Silences et violences. Le sens du non-dit dans la transmission scolaire de l’histoire dans un camp de réfugiés.
jeudi 9 mars 2017 Marie Salaün (Université Paris-Descartes, CANTHEL)

Diviser pour régner : l’école dans les réserves indigènes en Nouvelle-Calédonie sous la IIIème République »

jeudi 6 avril 2017 Helena Murseli (CEPED)

L’éducation en situation de post-conflit : le cas de la République centrafricaine (titre provisoire).

jeudi 4 mai 2017

14-16h

Frédéric Le Marcis (Ecole Normale Supérieure de Lyon)

L’éducation à la santé dans les prisons en Afrique (titre provisoire)

Jeudi 8 juin 2017

 

Fanny Salane (Université Paris-Ouest, Nanterre)

Etre étudiants en prisons (titre provisoire)

séminaires ARES programme 2017

Contacts:

3ème séance: Jeudi 9 mars 

2ème Séance: Jeudi 2 février 

de 16h à 18h à l’Université Paris-Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, salle J235, Bâtiment Jacob

Andreas von Känel (Université Neuchâtel)

Silences et violences. Le sens du non-dit dans la transmission scolaire de l’histoire dans un camp de réfugiés 

Une littérature abondante a exploré, depuis les années 1990 surtout,
les liens entre éducation scolaire et conflits armées, illustrant
comment l’école peut devenir vecteur de conflit. Entre autre, cette
littérature a mis en évidence comment les enseignement en situation de
conflit ou de post-conflit peuvent véhiculer des interprétations
réifiées et politisées des violences.

Partant d’une étude ethnographique située dans un camp de réfugiés en
Afrique Sub-Saharienne, nous aborderons des écoles qui excluent de
leurs salles de classes presque toute référence explicite aux conflits
récents dans la sous-région. En passant par une discussion des
processus plus larges de la négociation des frontières de l’école dans
une situation d’encampment, nous nous intéresserons à la manière dont
ce silence devient signifiant et vient s’articuler aux représentations
de soi et des autre.

affiche-ares-andreas-von-kanel

Pierre Guidi

Quand des détenus politiques créent des écoles en prison: l’exemple de la révolution éthiopienne (1979-1986)

affiche_seminaire_ares_ceped affiche_seminaire_ares_ceped-1201

 

Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs (CRES)

APPEL À CONTRIBUTION – CRES n°17

Publié le 06/07/2016

Les conditions enseignantes

Géraldine Farges (Université de Bourgogne Franche-Comté/IREDU), Pierre Guidi (CEPED/IRD) et Julie Métais (LAHIC-IIAC/EHESS).

Sous l’effet de la formation des États-nations européens depuis le 19e siècle, des constructions nationales des pays décolonisés depuis les années 1960, puis de la mise en place progressive d’un ordre éducatif mondial piloté par les institutions internationales depuis les années 1990, le développement des systèmes scolaires a attiré l’attention des chercheurs en sciences sociales sur les enseignants. Groupe professionnel diplômé ayant prise sur la société, spécialisé.e.s sur l’humain, le plus souvent autonomes dans la réalisation de leurs tâches et impliqué.e.s collectivement, les enseignant.e.s ont coutume d’être considéré.e.s comme des moteurs du changement social. Ils/elles ont eu partie prenante avec la nationalisation des sociétés, l’appropriation et la contestation, au quotidien ou dans le cadre syndical, des normes qui sous-tendent les politiques scolaires et les conditions d’exercice de leur profession (Rockwell, 2007, 2009 ; Bidou, 1984 ; Schweisguth, 1983). L’École et l’enseignement relèvent en effet d’un champ social régi par des plans, des programmes, des « cahiers des charges » élaborés par les institutions nationales et locales, en partie sous les injonctions – ou la tutelle – d’instances internationales. Évaluation, efficacité, modernisation et rhétorique multiculturaliste en constituent les principales normes, déclinées et appropriées de façon différenciée selon les contextes nationaux. Ces normes, qui concernent directement le travail au quotidien, vont de pair avec des exigences renouvelées en matière de qualification et de « professionnalisation ». Il nous semble donc opportun de réfléchir aux transformations des « conditions enseignantes » au regard de ces évolutions. Soucieux de la profondeur historique des phénomènes observés, nous proposons de rassembler et de mettre en regard des recherches menées dans les pays européens, en Amérique du nord, en Amérique latine, en Asie et en Afrique – qui renvoient à des contextes socio-historiques dont l’hétérogénéité nous semble heuristique. Ce numéro mettra par conséquent en dialogue des recherches de sciences sociales ayant trait aux conditions enseignantes, que nous proposons de considérer sous l’angle du travail d’une part, du statut social et de l’identité professionnelle d’autre part – ces deux axes n’étant pas exclusifs l’un de l’autre.

Les articles pourront être écrits en français, anglais ou espagnol, et seront envoyés aux adresses suivantes : Géraldine Farges : Geraldine.Farges@u-bourgogne.fr, Julie Métais : julie.metais@ehess.fr, Pierre Guidi : pierreguidi@outrenet.com

Calendrier

Envoi des projets d’articles : 1 octobre 2016

Première version des articles : 4 mars 2017

Appel à contributions_CRES17

SÉMINAIRE ARES/CEPED « ÉDUCATION ET SAVOIRS »

De 16h à 18h à l’université Paris-Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, salle J522

Le séminaire « Education et savoirs » est un séminaire ouvert au public organisé conjointement par l’ARES et le CEPED (UMR196, Paris Descartes-IRD)

Contacts : marc.pilon@ird.fr ; pierreguidi@outrenet.com

Séance du jeudi 2 juin 2016

Hamidou Dia (IRD-CEPED), Trajectoires d’insertion au pays de Sénégalais formés à l’étranger

Depuis le début des années 2000, s’est développé au Sénégal un discours de valorisation des émigrés centré principalement sur leurs transferts d’argent et les projets d’intérêt collectifs qu’ils ont réalisés dans des domaines aussi divers que la santé, l’éducation ou encore l’hydraulique (Timera 2014, Dia 2015). Actuellement, une nouvelle approche des Sénégalais diplômés des universités étrangères et/ou établis ailleurs prend forme : leurs compétences sont sollicitées dans l’optique de mettre le pays sur « le chemin de l’émergence », ce qui passe idéalement par le retour. Cette communication questionne la matérialité d’un tel retour en étudiant des trajectoires d’insertion de Sénégalais diplômés d’ailleurs rencontrés principalement en France et à Dakar. Elle met en lumière les conditions de possibilité d’un tel retour, tout en pointant l’absence de dispositifs publics et de pratiques politique en la matière, loin de la rhétorique des autorités.

Séance du jeudi 12 mai 2016

Cette séance consacrée à l’éducation des filles et des femmes au Sénégal comprendra deux présentations d’Anneke Newan et Mame Fatou Sene.

Anneke Newman (université du Sussex), Obstacles cachés à l’autonomisation des femmes par la scolarisation : l’influence de la hiérarchie sociale au nord du Sénégal

Au nord du Sénégal, les taux de scolarisation des filles au collège et lycée peuvent être assez élevés. Cette situation est considérée comme positive par de nombreux acteurs du développement, car des niveaux élevés de scolarisation des filles sont présumées être en corrélation avec l’emploi féminin et le pouvoir décisionnel. Toutefois, les données de ma thèse de doctorat, basées sur 15 mois de travail de terrain ethnographique sur les trajectoires scolaires des jeunes, racontent une histoire différente. Les jeunes femmes instruites, en particulier celles du groupe social de haut niveau connu localement comme toorobe, font face à des défis pour atteindre ces objectifs d’autonomisation économique. Premièrement, il y a d’énormes pressions sociales sur les femmes voulant obtenir un travail dans l’économie formelle et des tabous contre le travail artisanal associé aux les groupes sociaux dits « castés ». Ainsi, seules les jeunes femmes des familles toorobe les plus privilégiés peuvent convertir leurs diplômes en emploi. Deuxièmement, les stratégies de mariage sont un moyen important par lequel les familles toorobe cherchent à maintenir leur statut élevé. La pression exercée par les parents sur les jeunes femmes instruites en faveur de mariages forcés ou arrangés montre souvent que leur pouvoir de décision dans ce domaine n’est pas nécessairement plus important que celui de leurs cousines moins instruites, malgré leur âge de mariage plus élevé. Ces résultats suggèrent le besoin d’une recherche qualitative plus nuancée pour contester les hypothèses sur les impacts positifs de la scolarisation sur la vie des femmes. Ils montrent aussi la nécessité de méthodes de recherche qui peuvent identifier comment les constructions sociales de genre se croisent avec d’autres facettes de l’identité pour influencer les expériences de l’éducation, notamment dans le cas d’une hiérarchie sociale stricte de groupes endogames. Ces nuances sont généralement ignorées par des économistes ou chercheurs qui privilégient des données macro-statistiques et la méthode d’enquête pré-planifiée.

Mame Fatou Sene (LAM), Scolarité arabo-islamique des jeunes filles au Sénégal: ambivalence, paradoxes et négociation 

L’éducation arabo-islamique des filles au Sénégal implique une diversité d’acteurs dont les représentations, objectifs et stratégies participent à forger ce secteur. Dans cette présentation, nous nous focaliserons principalement sur les élèves elles-mêmes et leurs expériences de cette éducation puisqu’elles en sont les premières bénéficiaires. Entre les attentes de leurs familles et de leurs écoles d’une part, leurs positions vis-à-vis de l’école « française » d’autre part, ces jeunes filles se construisent une identité individuelle et collective, dans et en dehors des murs de l’établissement scolaire. Au cœur de leurs expériences, se trouve une dualité, une véritable ambivalence. L’école est d’abord un cadre régulé par des normes qu’elles s’approprient et négocient. C’est également un lieu de transmission de savoir mais aussi de valeurs. En réalité, comme dans le reste de la société, leurs aspirations personnelles y sont confrontées à des facteurs qui, certes les dépassent mais contribuent à en façonner l’expression. Ces jeunes filles sont ainsi à la fois fières de leur formation car sa dimension religieuse lui offre du prestige, mais désappointées car ne voyant pas toujours de perspectives d’avenir professionnel. Elles sont souvent ambitieuses mais parfois résignées à ne pouvoir mener ces projets à bout dans un pays où selon leurs propres termes « être femme et arabisant n’ouvre pas beaucoup de portes ». Elles oscillent entre valeurs islamiques qui leur assureraient « l’au-delà », et savoir-faire et compétences qui se chargeraient de « l’ici ». Surtout, aborder l’éducation arabo-islamique de leurs points de vue révèle toute la complexité à saisir la finalité de l’école notamment lorsque le genre, la subjectivation religieuse ou encore les enjeux économiques sont autant de facteurs qui influencent la manière dont l’éducation est vécue.

Séance du jeudi 7 avril 2016

Camille Salgues (IRIS/EHESS), L’accès à l’éducation en Chine des enfants de migrants ruraux : les ambivalences de la « démocratie éducative »

La présentation portera sur mon travail de thèse (soutenue en juin 2015), concernant les enfants de migrants internes en Chine (nongmingong), qui ont suivi leurs parents partis chercher du travail dans les grandes villes. Quelques ponts seront jetés avec une nouvelle recherche concernant la situation des enfants laissés à la campagne.
Le point de départ de la réflexion remonte à la lecture d’un article chinois, au tout début de mon travail, sur le problème de la scolarisation que rencontrent ces enfants dans les grandes villes chinoises contemporaines comme Shanghai ou Beijing, et qui est au centre de l’attention publique que reçoivent ces enfants. J’avais été alors surpris de voir la revendication d’une plus grande « démocratie » dans l’éducation qui était donnée à ces enfants. Le mot démocratie m’avait semblé étonnant de la part d’auteurs écrivant largement sous le contrôle des autorités d’un pays non démocratique. Il y avait là de ma part une certaine naïveté. Je voudrais néanmoins explorer ici les implications de ce mot.
En m’appuyant sur la lecture d’un ensemble de textes chinois portant sur ce sujet, et pour poursuivre ce que suggère l’idée que je mentionnais de démocratie, je voudrais explorer la forme de gouvernement à l’œuvre dans la revendication éducative qu’on peut trouver dans la littérature chinoise spécialisée sur le sujet, et ses ambivalences.

Séance du jeudi 10 mars 2016

Simeng Wang, Aux marges de l’école : Le cas des enfants d’origine chinoise des milieux populaires à Paris

En prenant le cas d’enfants d’origine chinoise à Paris issus des classes populaires, cette communication se propose d’appréhender l’éducation des enfants de migrants comme le résultat de processus macrosociaux – politiques publiques en termes de migration, d’éducation et de santé, histoire de la pédopsychiatrie, configuration de l’offre de soin à l’épreuve de l’interculturel –, et de processus microsociaux – dynamiques au sein de la famille nucléaire, relations intergénérationnelles pouvant être étendues à l’international. Cette communication s’appuie sur une enquête ethnographique effectuée de 2010 à 2014 dans le champ médical – il s’agit d’une dizaine de services médicaux dans les secteurs public et privé de la psychiatrie française –, ainsi que dans les sphères privées de la vie des familles chinoises. Le terme « psychiatrique » est ici utilisé au sens large, et désigne toute prise en charge en santé mentale qui relaye diverses approches, qu’elles soient psychiatriques, psychologiques, psychothérapeutiques ou psychanalytiques.

La recherche sur l’éducation dans les pays francophones

En partenariat et avec le soutien de l’AFD, Agence Française de Développement, l’ARES a entrepris en 2014 une « cartographie » de la recherche sur l’éducation en France et dans les autres pays francophones.

Pour la France, il s’agit :

  • des capacités de recherche : équipes, personnes, projets de recherche
  • des thèses sur l’éducation dans les pays du Sud, soutenues en France depuis 1990
  • des structures françaises, hors du monde académique et scientifique, productrices de connaissances sur l’éducation au Sud
  • des offres de formation supérieure sur l’éducation, qui intègrent une dimension internationale et/ou du développement
  • de la production scientifique sur l’éducation (bibliographie)

Pour les autres pays francophones :

  • des capacités et des projets de recherche
  • de la production scientifique sur l’éducation (bibliographie)

Le projet comprend par ailleurs un inventaire des associations et réseaux de recherche francophone et anglophone, ainsi que les conférences régulières sur l’éducation au Sud

Recherche française sur l’éducation aux Suds

Qu’en est-il aujourd’hui de la recherche française sur l’éducation dans les pays des Sud (ou en développement) ? Quelles sont aujourd’hui les ressources scientifiques existantes (personnes, équipes, programmes de recherche…) ? Quelle a été la production scientifique au cours des décennies passées (niveaux d’enseignement, thématiques, approches disciplinaires, aires géographiques), au travers, d’une part, des thèses soutenues et en cours, d’autre part, despublications académiques (articles, chapitres d’ouvrage…) ? Se référant à la période 1990-2013, le présent rapport apporte pour la première fois des éléments de réponses à ces différentes questions, il offre un regard inédit sur la recherche menée en France sur l’éducation dans les pays du Sud. Pour chacun des points traités, le rapport expose la méthodologie suivie, les difficultés rencontrées, les résultats obtenus et propose quelques perspectives et recommandations.

Recherches sur l’éducation au Sud en France 1990-2013_Rapport final-ARES

Production scientifique de 1990 à 2013

Inventaire des projets scientifiques sur l’éducation au Sud

Thèses soutenues

Thèses en cours

Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs

couverture_cres_14-small250Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs ont pour ambition de confronter les travaux menés sur les pays où les systèmes d’éducation ont une profondeur historique certaine, et sur ceux où ils n’ont été introduits que plus récemment. Ils se donnent aussi pour objectifs de décloisonner les disciplines et de favoriser un échange entre diverses approches, afin de renouveler les perspectives méthodologiques et théoriques sur les questions relatives à l’éducation, à la construction, à la transmission et aux usages sociaux et politiques des savoirs.

http://cres.revues.org/

APPEL À CONTRIBUTION – CRES n°17

Publié le 06/07/2016

Les conditions enseignantes

Géraldine Farges (Université de Bourgogne Franche-Comté/IREDU), Pierre Guidi (CEPED/IRD) et Julie Métais (LAHIC-IIAC/EHESS).

Sous l’effet de la formation des États-nations européens depuis le 19e siècle, des constructions nationales des pays décolonisés depuis les années 1960, puis de la mise en place progressive d’un ordre éducatif mondial piloté par les institutions internationales depuis les années 1990, le développement des systèmes scolaires a attiré l’attention des chercheurs en sciences sociales sur les enseignants. Groupe professionnel diplômé ayant prise sur la société, spécialisé.e.s sur l’humain, le plus souvent autonomes dans la réalisation de leurs tâches et impliqué.e.s collectivement, les enseignant.e.s ont coutume d’être considéré.e.s comme des moteurs du changement social. Ils/elles ont eu partie prenante avec la nationalisation des sociétés, l’appropriation et la contestation, au quotidien ou dans le cadre syndical, des normes qui sous-tendent les politiques scolaires et les conditions d’exercice de leur profession (Rockwell, 2007, 2009 ; Bidou, 1984 ; Schweisguth, 1983). L’École et l’enseignement relèvent en effet d’un champ social régi par des plans, des programmes, des « cahiers des charges » élaborés par les institutions nationales et locales, en partie sous les injonctions – ou la tutelle – d’instances internationales. Évaluation, efficacité, modernisation et rhétorique multiculturaliste en constituent les principales normes, déclinées et appropriées de façon différenciée selon les contextes nationaux. Ces normes, qui concernent directement le travail au quotidien, vont de pair avec des exigences renouvelées en matière de qualification et de « professionnalisation ». Il nous semble donc opportun de réfléchir aux transformations des « conditions enseignantes » au regard de ces évolutions. Soucieux de la profondeur historique des phénomènes observés, nous proposons de rassembler et de mettre en regard des recherches menées dans les pays européens, en Amérique du nord, en Amérique latine, en Asie et en Afrique – qui renvoient à des contextes socio-historiques dont l’hétérogénéité nous semble heuristique. Ce numéro mettra par conséquent en dialogue des recherches de sciences sociales ayant trait aux conditions enseignantes, que nous proposons de considérer sous l’angle du travail d’une part, du statut social et de l’identité professionnelle d’autre part – ces deux axes n’étant pas exclusifs l’un de l’autre.

Les articles pourront être écrits en français, anglais ou espagnol, et seront envoyés aux adresses suivantes : Géraldine Farges : Geraldine.Farges@u-bourgogne.fr, Julie Métais : julie.metais@ehess.fr, Pierre Guidi : pierreguidi@outrenet.com

Calendrier

Envoi des projets d’articles : 1 octobre 2016

Première version des articles : 4 mars 2017

Appel à contributions_CRES17

Appel à contributions_CRES17

APPEL À CONTRIBUTION – CRES n°16

Les approches dites « par compétences » comme réformes pédagogiques « voyageuses ».

Acteurs, trajectoires et pratiques de mises en œuvre, dans les curriculums formels et réels

Kathryn Anderson-Levitt, Sarah Fichtner et Stéphane Bonnery

Contexte / Argument

Les « approches par compétences » que nous déclinerons ici au pluriel, tant elles revêtent des réalités variées, ont servi de cadre de référence à un grand nombre de réformes pédagogiques/ curriculaires déployées dans le monde entier. Les conditions dans lesquelles ces approches ont circulé entre différents pays, et surtout entre les pays du Nord et du Sud à la faveur des programmes d’aide internationale, nous invitent à questionner la nature de ces dynamiques réformatrices suivant le cadre d’analyse du « policy transfert » (Cowen 2009 ; Dolowitz & Marsh 2000) et plus particulièrement du « policy borrowing and lending » en éducation (Steiner-Khamsi 2004, 2012). Ce cadre analytique, neutre quant aux motifs et aux résultats de ces transferts (à la différence des concepts souvent normatif du policy learning), permet de s’intéresser à la fois aux promoteurs, aux médiateurs et aux récipiendaires de ces réformes, mais également aux dimensions politiques et économiques du « policy borrowing and lending ». Le cadre spatial et temporel dans lesquels elles s’inscrivent déterminent les formes de traduction et de mise en œuvre de ces « réformes voyageuses » (travelling reforms) qui émergent dans différentes parties du monde (Steiner-Khamsi 2012 : 3; voir aussi Behrends et al 2014 pour le concept proche des travelling models ou Czarniawska & Joerges 1995 pour travelling ideas) et auquel ce dossier entend s’intéresser à partir de l’exemple des approches par compétences.

Appel à contribution CRES 16_2