Séminaire « Education et savoirs »

Séminaire 2018

Utopies éducatives

Projection spatiale (métaphore d’un ailleurs) ou temporelle (expression d’un futur désirable), l’utopie renvoie à des significations tant pratiques que théoriques. Les institutions éducatives sont liées à l’utopie car leurs déclinaisons, appropriations et réinventions renvoient à cette double projection spatiale et temporelle dont nous proposons d’explorer les variations contemporaines et historiques. Hégémoniques ou décoloniales, combinaisons de force et de consentement, celles-ci s’inscrivent aujourd’hui, plus encore sûrement que par le passé, dans des logiques globalisées, marquées par les rhétoriques et les normes du néolibéralisme d’une part, du multiculturalisme d’autre part. Ce contexte favorise-t-il l’actualisation, la réinvention et la circulation des utopies éducatives ? C’est ce que nous souhaitons interroger cette année dans le cadre du séminaire ARES-CEPED, en convoquant en premier lieu les sciences sociales (histoire, sociologie et anthropologie), tout en ouvrant nos travaux et nos réflexions collectifs à d’autres champs disciplinaires comme la philosophie, le cinéma ou la littérature.

Programme_séminaire_ARES_CEPED_2018

« Utopies éducatives aux Suds »

texte de présentation

 L’utopie relève d’une complexe histoire intellectuelle, à la fois genre littéraire forgé par T. More au XVIème siècle, courant de pensée tour à tour investi par le socialisme utopique du XIXème siècle (Saint-Simon, Fourier) ou, plus récemment, une grande variété d’expériences politiques, sociales et communautaires (urbanisme, ZAD). Projection spatiale (métaphore d’un ailleurs) ou temporelle (expression d’un futur désirable, autrement), l’utopie renvoie donc à des significations tant pratiques que théoriques.

Pourquoi lier aujourd’hui utopie et éducation ? Probablement parce que l’institution éducative et ses déclinaisons, ses appropriations et ses réinventions, plus ou moins formelles et formalisées, renvoient de manière archétypique à cette double projection, spatiale et temporelle, dont nous proposons d’explorer les variations contemporaines et historiques. Hégémoniques ou décoloniales, combinaisons de force et de consentement (Gramsci, 2011), celles-ci s’inscrivent aujourd’hui, plus encore sûrement que par le passé, dans des logiques globalisées, marquées par les rhétoriques et les normes du néolibéralisme d’une part, du multiculturalisme d’autre part.

Ce contexte favorise-t-il le renouveau des utopies éducatives, l’émergence de nouveaux schèmes de l’ailleurs et de l’autrement éducatif ? L’actualisation de formes et d’imaginaires passés, et alors lesquels ? Leur circulation ?

C’est ce que nous souhaitons sonder cette année dans le cadre du séminaire ARES-CEPED, convoquant en premier lieu les sciences sociales (histoire, sociologie et anthropologie), souhaitant toutefois ouvrir nos travaux et nos réflexions collectifs à d’autres champs disciplinaires d’exploration des utopies éducatives. La philosophie, le cinéma ou la littérature par exemple, sont à même de proposer aux sciences sociales des pistes heuristiques pour envisager la relation dialectique, propre aux utopies, entre horizon d’attente et champ d’expérience (Koselleck, 1990).

Si nous connaissons l’importance des mouvements d’éducation populaire en Amérique latine, ou l’espoir qu’Ivan Illich fondait sur les « pays en développement » – et notamment au sein du continent latino-américain – pour mettre une œuvre une société conviviale et progressivement « descolarisée » (Illich, 1971 ; 1973), l’on en sait beaucoup moins sur les horizons émancipatoires et conviviaux contemporains des pensées et des expériences éducatives dans ces contextes. Les utopies en matière éducative nous intéressent plus largement parce qu’elles touchent aux savoirs scolaires, aux formes d’organisation communautaires et collectives, qu’elles relèvent tant du privé que du public, de l’intime et du collectif. Elles ne forment pas un ensemble homogène mais une multiplicité de pistes et d’expériences, certaines non advenues encore, mais qui oeuvrent et travaillent, déjà, le réel.

A partir d’une compréhension du concept d’utopie éducative, qui englobe à la fois l’idée d’un « rêve compensatoire » et celle d’une direction d’action (Galichet, 2006 : 102), nous proposons à nos invité.e.s de venir nourrir, dans le cadre de discussions collectives, deux principaux axes de réflexion :

  1. Dans de nombreux pays, la forme éducative a été pendant longtemps le fait des colons occidentaux, puis d’assistants techniques post-indépendances, et plus récemment des bailleurs de fonds internationaux. À cet égard, des utopies éducatives « nationales », décoloniales, contre-hégémoniques, ont-elles pu émerger ? De quelles traditions de pensée, de quels imaginaires politiques et sociaux sont-elles nourries, où puisent-elles leurs sources ? Quid des pays connaissant des situations politiques autoritaires, pour lesquelles les possibilités d’un ailleurs et d’un autrement se réduisent, se cachent ou investissent des espaces réels et imaginaires insoupçonnés ?
  2. La réflexion sur les modalités et les objectifs éducatifs est aujourd’hui largement monopolisée par des techniciens et des ingénieurs, qui pourraient sembler, à première vue, très éloignés de toute projection utopique. Pourtant, ne pourrait-on considérer les politiques contemporaines promouvant l’éducation pour tous, liant objectifs qualitatifs et quantitatifs d’une éducation économiquement rentable, comme des formes singulières d’utopie contemporaine (Illich pensait que l’enseignement obligatoire, l’égalité entre tous constituait une tâche « économiquement irréalisable »)? Qu’en est-il de l’idée d’égalité en contexte éducatif aujourd’hui, des questions pédagogiques à leurs soubassements politiques (Rancière, 1987) ?

Bibliographie

Agnès, J., 2000, « Utopie et pédagogie : le paradoxe du désert », Le Portique, n°6.

Baillé, J., 1999-2000, Utopie et éducation, Quaderni, n°40, pp. 125-143.

Bentouhami Houria & Lenormand Marc (coord.), 2013, dossier « Éducation : émancipation ? », Tracées. Revue de Sciences humaines, n° 25.

Blanchard Cécile & Mével Yannick (coord.), 2015, dossier « Pédagogie. Des utopies à la réalité », Cahiers pédagogiques, n°525.

Cassandre/Horschamp (coord.), 2012, Education populaire. Une utopie d’avenir, Paris : Les liens qui libèrent.

Droin-Hans, A.M., 2004, Education et Utopie, Paris : Librairie Philosophique Vrin.

Freire Paulo, Pédagogie des opprimés, Paris, Maspéro, 1974.

Freire Paulo, Lettres à la Guinée-Bissau sur l’alphabétisation, Paris, Maspero, 1978.

Galichet, F., 2006, La pédagogie comme fondement d’une utopie éthique, L’esprit du temps, n°17, pp. 101-116.

Gramsci, A., 2011, Guerre de mouvement, guerre de position, Paris : La fabrique

Illich, I., 1971, Une société sans école, Paris : Seuil.

Illich, I., 1973, La convivialité, Paris : Seuil.

Koselleck, R., 1990, Le futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, Paris : Editions de l’EHESS.

Mignon, J.M., 2007, Une histoire de l’éducation populaire, Paris : La Découverte.

Poujol, G., 2005, « Education populaire : une histoire française », Hermès, n°42, pp. 126-130.

Rancière, J., 1987, Le maître ignorant, Paris : Fayart.

Tyack, D. and Cuban, Larry, 1995, Tinkering toward Utopia, Cambridge, MA: Harvard University Press.

Séminaire 2017

L’école « hors l’Ecole »

Les 18 et 19 août 2016, la Chaire UNESCO de recherche appliquée pour l’éducation en prison participait au congrès « Éducation, culture et travail dans un contexte de privation de la liberté » organisé à Valparaiso au Chili par le programme de développement disciplinaire en éducation chez les jeunes et adultes de l’université de Playa Ancha. L’organisation d’un tel événement s’inscrivait dans l’objectif d’inclusion des personnes vulnérables ou marginalisées dans les politiques internationales de l’Éducation pour tous.

Ces rencontres posaient plus largement la question de l’éducation des personnes enfermées et privées, d’une manière ou d’une autre, de tout ou partie de leur liberté. Elles en soulignaient l’actualité, révélant en outre un souci institutionnel de prise en charge de ces situations éducatives à différentes échelles. Les dispositifs scolaires ou éducatifs « hors l’École », dans des institutions totales (Goffman, 1968) ou « espaces d’exception » (Fresia & Von Känel, 2016) comme les prisons, les camps de réfugiés, les hôpitaux, les asiles, les camps de travail…, défient les modes plus classiques d’éducation pour deux raisons principales :

-le lieu d’abord. En prison, dans un camp, dans les hôpitaux, les potentiels élèves sont astreints à résidence pour diverses raisons. C’est donc généralement l’école ou le dispositif éducatif qui doit venir à eux, dans des conditions parfois compliquées et selon des modalités spécifiques. Il est toutefois des cas, plus rares, où les personnes enfermées organisent elles-mêmes le dispositif scolaire et/ou éducatif, par exemple avec le cas de ces diplômés éthiopiens enfermés en raison de leur engagement dans un contexte de forte répression politique (Hiwot, 2012).

-le public ensuite. Dans ces espaces, la conception de l’individu est bien souvent définie collectivement en rapport avec les objectifs de l’institution elle-même : ainsi du prisonnier en prison, du délinquant en centre éducatif renforcé, de l’interné en asile, du réfugié dans un camp… tandis que l’école a surtout comme vocation première de prendre en charge des écoliers.

Alors que la mise en place de dispositifs éducatifs spécifiques ou « de secours » dans ces espaces singuliers pose d’intéressantes questions pour le champ de l’éducation, les formes –institutionnelles ou non – qu’ils prennent et le contenu des savoirs qu’ils véhiculent demeurent relativement peu étudiés. Le séminaire de 2017 organisé par l’ARES (Association pour la recherche sur l’éducation et les savoirs) et le CEPED ambitionne justement de questionner le fonctionnement de l’école et de l’éducation « hors l’École » dans ces lieux d’exception dans les pays du « Sud ».

seminaire_ares-ceped_2016-17

Le séminaire « Education et savoirs » est un séminaire ouvert au public organisé conjointement par l’ARES et le CEPED (UMR196, Paris Descartes-IRD)

Programme du séminaire du semestre 2017: 

jeudi 12 janvier 2017

 

Pierre Guidi (CEPED-IRD)

Quand des détenus politiques créent des écoles en prison. L’exemple de la révolution éthiopienne (1979-1986)

Jeudi 2 février 2017 Andréas Von Känel (Université de Neuchâtel)Silences et violences. Le sens du non-dit dans la transmission scolaire de l’histoire dans un camp de réfugiés.
jeudi 9 mars 2017 Marie Salaün (Université Paris-Descartes, CANTHEL)

Diviser pour régner : l’école dans les réserves indigènes en Nouvelle-Calédonie sous la IIIème République »

jeudi 6 avril 2017 Helena Murseli (CEPED)

L’éducation en situation de post-conflit : le cas de la République centrafricaine (titre provisoire).

jeudi 4 mai 2017

14-16h

Frédéric Le Marcis (Ecole Normale Supérieure de Lyon)

L’éducation à la santé dans les prisons en Afrique (titre provisoire)

Jeudi 8 juin 2017

 

Fanny Salane (Université Paris-Ouest, Nanterre)

Etre étudiants en prisons (titre provisoire)

séminaires ARES programme 2017

Contacts:

3ème séance: Jeudi 9 mars 

2ème Séance: Jeudi 2 février 

de 16h à 18h à l’Université Paris-Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris, salle J235, Bâtiment Jacob

Andreas von Känel (Université Neuchâtel)

Silences et violences. Le sens du non-dit dans la transmission scolaire de l’histoire dans un camp de réfugiés 

Une littérature abondante a exploré, depuis les années 1990 surtout,
les liens entre éducation scolaire et conflits armées, illustrant
comment l’école peut devenir vecteur de conflit. Entre autre, cette
littérature a mis en évidence comment les enseignement en situation de
conflit ou de post-conflit peuvent véhiculer des interprétations
réifiées et politisées des violences.

Partant d’une étude ethnographique située dans un camp de réfugiés en
Afrique Sub-Saharienne, nous aborderons des écoles qui excluent de
leurs salles de classes presque toute référence explicite aux conflits
récents dans la sous-région. En passant par une discussion des
processus plus larges de la négociation des frontières de l’école dans
une situation d’encampment, nous nous intéresserons à la manière dont
ce silence devient signifiant et vient s’articuler aux représentations
de soi et des autre.

affiche-ares-andreas-von-kanel

Pierre Guidi

Quand des détenus politiques créent des écoles en prison: l’exemple de la révolution éthiopienne (1979-1986)

affiche_seminaire_ares_ceped affiche_seminaire_ares_ceped-1201

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.